Mes billets

Nous sommes tous des fossoyeurs

On jette beaucoup l’opprobre, ces temps-ci, sur certains médias grand public. Et on a tout à fait raison de le faire : chiffres bidons, intox, parti pris et mise en lumière systématique des trains qui arrivent en retard, au travers d’un prisme à la subjectivité qui agace… Mais c’est oublier un peu vite que le citoyen, devant son écran, est a priori doté de suffisamment de bon sens pour déceler les dualismes abusifs, voire de s’en méfier comme de la peste.

Alors pourquoi s’acharne-t-il, ce bon citoyen, à tomber dans les pièges qu’on lui tend avec de la grosse ficelle de botte ? (1) C’est comme s’il n’attendait qu’une chose : qu’on lui donne du faux, du facile, du trompeur, de l’alarmiste ; en mélangeant il obtient une bouillie un peu nauséabonde et très caricaturale ; et il se vautre dedans. C’est incroyable, cette propension qu’on a tous à s’exaspérer sur les saisons disparues et les complots des puissants.

Le vrai problème, en fait, c’est que le citoyen en a oublié d’aimer et de respecter son agriculteur. La géographe Sylvie Brunel s’en émouvait d’ailleurs, un matin de février, dans une tribune du Monde : « La façon dont la France ignore la souffrance de ses campagnes reste une douloureuse énigme. »

Parce que le fossé s’est creusé. Qui l’a creusé ? Un peu tout le monde, un peu plein de choses : le productivisme d’après-guerre, l’urbanisation massive, la déconnexion des terroirs, les producteurs qui ne communiquent pas, l’hypocrisie de certains modèles caricaturaux, et puis, surtout, l’oubli total et absolu de ces époques où l’on manquait de nourriture – voire mourait d’intoxication alimentaire ! Alors nul besoin de partir à la recherche d’un fossoyeur perdu, car nous sommes tous, à notre niveau, responsables de la crise agricole. Nous sommes tous les fossoyeurs de ce modèle où le producteur, aimé et respecté par le consommateur, vivait décemment de sa production…

(1) Le dernier piège en date ne vous aura pas échappé. Il s’agit de l’émission Cash investigation sur les pesticides : un reportage grossier sur un sujet pourtant légitime, diffusé le 2 février 2016.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s